Inov-On, entreprise libérée

Share on FacebookShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Print this pageEmail this to someone

Le groupe Inov-On (bâti à partir de l’entreprise Chronoflex, elle-même créée en 1995), décide après le retournement de conjoncture liée à la crise de 2008 lequel a entraîné une vague de licenciement, d’appliquer les idées d’Isaac Getz et de Jean-François Zobrist en matière de changement de culture et de modes de gestion de l’entreprise, bref de se « libérer ». La vidéo suivante raconte cette histoire où l’ensemble des cerveaux des salariés ont été mobilisés sur la base de la confiance (cerveaufacture), de la transparence de l’information, du volontariat, de la responsabilisation, du droit à l’erreur pour changer son fonctionnement, ses modes de management et ses modes de rémunération (voir sur ce dernier point la vidéo dans l’article « Ces entreprises qui changent leur organisation » sous l’onglet Tribune libre). Les résultats ont été multipliés par 4 et l’amélioration de la qualité de vie au travail a eu également des répercussions sur la vie des familles des salariés de l’entreprise. Nous sommes pleinement d’accord avec l’idée que ces changements « bottom up » devraient bouleverser notre vie en société. Nous pensons que les changements quand ils sont organisés selon des systèmes pensés par le haut « top down » (par des autorités qui s’autorisent à penser comme aurait dit feu Coluche) et qu’il faille s’y conformer, ne sont pas nécessairement pertinents et faisables ni ne correspondent aux aspirations du moment. C’est par la base que ces changements seront poussés, essayés, expérimentés, validés, modifiés, acceptés, c’est-à-dire coconstruits avec la participation de tous ceux qui souhaitent changer et améliorer les choses. C’est d’ailleurs peut être là que résident les prémisses de la fondation d’une véritable démocratie participative.

Ci-dessous la vidéo qui raconte en bref l’histoire du groupe Inov-On :

Share on FacebookShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Print this pageEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *