Quelques actions indispensables à conduire pour refonder notre économie

Share on FacebookShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Print this pageEmail this to someone

Un développement durable préservant l’environnement et les ressources de notre planète et incluant le bien-être de l’ensemble de ses habitants nécessite la participation de tous.

Pour cela, la première étape nécessite sans aucun doute de bâtir en priorité un espace de parole de façon à ce que tous les acteurs s’expriment dans leurs lieux de travail, de manière effective, directe et collective, notamment sur les perceptions qu’ils ont du fonctionnement de l’organisation dans laquelle ils travaillent, préparant ainsi les conditions à réunir pour l’émergence de leurs désirs de s’impliquer et de s’intéresser à leur travail.

Parmi les nombreux actions à conduire sur les lieux de travail, dans les entreprises, dans les associations, dans les services publics, dans l’économie solidaire, on citera, sans être exhaustif, les suivantes :

  • Demander aux salariés d’imaginer eux-mêmes les voies et moyens de desserrer le lien de subordination (notamment pour libérer leur désir d’implication au travail en fonction des talents et du cycle de vie de chacun, inventer des modes de rémunération en fonction des fruits effectifs de leur travail, etc…),
  • Inventer de nouvelles modalités de partage des risques entre les différents acteurs de l’entreprise pour développer le travail créatif, pour apporter de nouveaux services, pour maximiser les performances de l’entreprise, pour relancer le pouvoir d’achat, pour relancer la machine à créer du lien social,
  • Coconstruire avec l’ensemble des salariés intéressés, les nouvelles règles de vie commune au travail permettant de passer d’un état de dominés à un état d’intrapreneurs responsables,
  • Elaborer avec tous un système de relations du travail (temps, rémunération, responsabilisation, activité, protection sociale) permettant des adaptations et variations en fonction de la situation personnelle, de l’âge et du cycle de vie de chacun,
  • Faire évoluer le management vers une capacité de support et de coordination permettant à tous de grandir, de progresser, de créer et de se réaliser
  • Donner à chaque équipe ou unité de production, la faculté de nommer et révoquer un coordonnateur, la responsabilité et l’autonomie de décision, avec en contrepartie une rémunération en fonction de la satisfaction des clients servis et des résultats atteints,
  • Faire gérer par les salariés l’ajustement de l’activité autrement que par le licenciement (par exemple par la variation des rémunérations, le développement d’activités externes en multi-activité, le partage et le transfert de compétences, la participation à des activités de formation, toutes sortes d’activité citoyenne, ou toute autre innovation,…),
  • Développer avec les salariés des politiques de R&D basées sur la participation de tous (autoriser tout salarié à entraîner d’autres salariés à titre volontaire pour un projet de recherche, avec un temps alloué automatiquement, chaque équipe partageant avec l’entreprises la propriété des inventions et les revenus correspondants selon des règles définies en commun dans le cadre d’un accord collectif),
  • Construire avec l’ensemble des salariés l’évaluation et le traitement des risques pour leur santé et leur sécurité au travail,
  • Formaliser avec l’ensemble des salariés les champs et modalités de formation qu’ils jugent nécessaires et efficaces,
  • Définir un droit à l’expérimentation et à l’erreur,
  • Développer la confiance par une co-élaboration avec tous les acteurs concernés à chaque niveau d’un droit conventionnel de façon subsidiaire et de façon diversifiée se substituant au droit positif et à la jurisprudence (sans attendre le législateur ou le juge),
  • Redonner des marges de manœuvre à la négociation collective en autorisant l’ensemble des salariés à conclure des accords collectifs par référendum,
  • Renforcer l’écoute pour développer les coopérations entre les salariés,
  • Décentraliser les décisions au niveau où elles doivent être prises,

Il s’agit là d’un enjeu primordial de vie sur les lieux de travail par l’introduction d’une démocratie participative en vue d’une véritable refondation d’une économie prospère, source d’activité et de bien-vivre pour tous.

Share on FacebookShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Print this pageEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *